L’enterrement de la cuve de stockage d’eau

Au vu des risques futurs (présents ?) sur la ressource en eau, nous décidons de récupérer l’eau de pluie, et d’enterrer une cuve de stockage d’eau. Un puits est disponible sur le terrain (en usage collectif), mais ? Sait-on jamais, si on a trop d’eau, on aura un problème de riche.

La question d’après, c’est une cuve de quel type ? Il y a des cuves en poly-éthylène, et des cuves en béton. Notre choix va au béton : plus naturel dans le sol, préférable pour la qualité de l’eau (notamment le béton neutralise l’acidité naturelle de l’eau de pluie), on s’en aperçoit plus tard, finalement moins complexe à poser, même si le transport d’une cuve pesant 3.5T nécessite un transporteur spécifique.

On installe la cuve côté nord, juste à côté de la maison.

Pour une cuve en béton, il faut un gros camion avec une grosse grue.

A 2m, on trouve de l’eau. C’est problématique, on ne peut pas niveler correctement, alors on pompe et on finit de creuser et niveller à la pelle manuelle. Il y a du gravier/galets dans le fond, naturellement, on est pas loin du lit du Tarn, donc pas besoin de mettre du caillou en plus au fond.

On remplit au moins à moitié la cuve pour la lester. Il y a un gros risque d’élévation de la cuve à cause de l’eau du sol. Le transporteur nous raconte plusieurs expériences malheureuses de cuve ou de piscine béton qui se font remonter après pose.

Reste à connecter la gouttière avec la cuve, et installer des filtres en fonction de l’utilisation de l’eau qu’on aura.

Prochaines étapes :

  • pose du pare-pluie sur les ossatures bois, la fin
  • pose de l’isolant par l’extérieur sur les murs en briques de terre au fond
  • début de construction de la mezzanine (porteuses + solives)
  • bardage bois horizontal de l’ensemble de la maison, en douglas brut
  • Isolation paille des murs en ossature bois
  • Enduit terre à l’intérieur

Les 2 dernières étapes devraient être faites en chantier participatif. Peut-être cet été 2024?